Chargement...

Boissons et douceurs locales

Pastel de Macau

Le monde multiculturel et globalisé dans lequel nous vivons contient une multitude de petites passerelles culinaires amusantes pour qui sait les voir ; elles sont autant de clins d’œil à l’histoire des peuples et des civilisations. Par exemple, les petites tartelettes aux œufs dont raffolent les Hongkongais, et que vous trouverez dans le Chinatown parisien, ressemblent curieusement aux fameuses « Pastel de nata » portugaises… Vous ne trouvez pas ? 😉

Les origines du Pastel de Macau

On connait bien l’éternel débat entre chinois et italiens sur l’origine des pasta 🙂 Ou encore le doute sur les origines romaines du nuoc-mam… Mais l’origine de la passion des Hongkongais pour les petites tartelettes aux œufs passerait presque pour endémique pour un œil non averti. Essayons de percer le mystère du célèbre Pastel de Macau. En effet, à quelques dizaines de kilomètres de HongKong vers l’ouest se trouve Macau, ancien comptoir de commerce portugais. Vous avez dit bizarre ?

Lorsque l’explorateur Jorge Alvares jette l’ancre dans le delta de la rivière des perles en 1513, il est loin de se douter qu’il ouvre aussi la route de l’Extrême-Orient à la plus célèbre des tartes aux œufs. La petite tartelette va ainsi faire son petit bonhomme de chemin au pays des dim sum, jusqu’à y devenir une institution.

Les différences entre Pastel de Macau et Pastel de Nata

Avec le temps, les Pastel de Macau se sont affranchis de leur ancêtres lisboètes, pour coller aux goûts et aux préférences locales asiatiques. Les Pastel de Macau sont ainsi moins sucrés et moins caramélisés que leurs cousins du Portugal. Le critère privilégié pour le consommateur de Hong Kong étant l’obtention d’un aspect lisse et brillant.

Dans sa version asiatique, le pastel troque d’ailleurs souvent sa traditionnelle pâte feuilletée pour une pâte brisée (sacrilège dirait-on à Belém). Le lait concentré a également fait son apparition dans la recette pour gagner en crémeux et en « soyeux ». En chinois, on parle de « dàn tà » (蛋挞), ce qui signifie « tarte aux œufs » pour faire référence au Pastel de Macau.

De diamètre généralement inférieur à leurs congénères portugais, les dàn tà de Hong Kong sont aussi plus intenses au niveau de leur couleur jaune orangé.

Depuis Hong Kong, ces petites tartelettes aux œufs ont conquis toute la région… Alors pourquoi pas vous ? Pastel de Belém ou dàn tà ? Le match fratricide – mais amical – et lancé.

Pastel

CHINATOWN PARIS - 2019 Tous droits réservés - Mentions légales